urbanista-logo


4,3
4.3 out of 5 stars
Design:5 out of 5 stars
Son:3.5 out of 5 stars
Fonctionnalités:3.5 out of 5 stars
Autonomie:5 out of 5 stars

Urbanista-Los-Angeles

L’avènement de la technologie Bluetooth a permis d’éliminer les contraintes liées aux câbles.

Malgré le troc des fils contre des avantages non négligeables, les appareils Bluetooth sont toujours sous la même contrainte. Le besoin d’être rechargés.

C’est là qu’intervient la technologie de recharge solaire de l’Urbanista Los Angeles.

 

Urbanista Los Angeles : Conception

Le Los Angeles d’Urbanista a un design minimaliste qui se rapproche de celui du Miami.

Là où les choses deviennent intéressantes, c’est avec le serre-tête du Los Angeles, qui possède une couche de matériau Powerfoyle produit par Exeger, afin de capturer la lumière et de la convertir en énergie.

Powerfoyle-los-angeles-urbanista

 

L’intégration du panneau solaire a conduit à l’élargissement du serre-tête. L’effet d’entraînement est que les oreillettes sont un peu plus lâches.

Entre le Miami et le Los Angeles, ce dernier est peut-être le plus confortable, mais la différence est minime en réalité.

Malheureusement, le matériau de la recharge solaire restera noir, quelle que soit la couleur dans laquelle vous choisirez le casque.

Recharge solaire

Le casque d’Urbanista se chargera automatiquement, que vous le portiez et écoutiez de la musique ou qu’il soit éteint. Le logiciel embarqué plafonnera la charge solaire à 90 % dans le but de protéger la batterie.

Si vous voulez avoir une idée plus approfondie de ce qui se passe en interne, l’application d’Urbanista (iOS, Android) offre une excellente interface qui vous indiquera la consommation électrique du casque, par rapport à sa charge solaire.

Il est plaisant de découvrir tous les aspects de l’application. De voir quel impact l’activation et la désactivation de l’ANC ont sur l’autonomie de la batterie, ou combien d’énergie solaire vous pourrez récolter en plaçant le casque sous la lumière du soleil.

Confort

Les bonnets et le serre-tête rembourrés recouverts de cuir végétalien, permettent au casque supra-auriculaire d’être très confortable, et participent à l’isolation passive en supprimant certains bruits environnants. Même lorsque vous n’utilisez pas l’ANC.

Commandes

Mis à part le serre-tête équipé de cellules solaires, le Los Angeles ressemble et fonctionne, comme tous les autres casques sans fil à réduction de bruit.

Ses commandes vous sembleront familières.

Sur l’oreillette droite, vous trouverez un trio de boutons pour augmenter/baisser le volume et 1 bouton au milieu pour allumer et éteindre le casque.

Sur la gauche, il y a 1 bouton de raccourci personnalisable. Un appui court ou long permettra de passer de la suppression du bruit, au mode transparent ou à l’assistant vocal.

Aucune modification n’a été apportée à la configuration des boutons depuis les autres casques.

Urbanista a placées les commandes de l’oreillette droite trop proche les unes des autres, ce qui rend la perception plutôt difficile au début. Un moyen assez simple de résoudre ce problème aurait été d’augmenter la taille du bouton MFC.

Transport

Comme le Miami, le Los Angeles se replie à plat mais n’est pas pliable.

Cela le rend moins portable, mais il est livré avec 1 étui de transport rigide.

Connectivité

En termes de connectivité, il s’agit toujours du Bluetooth 5.0 avec SBC et AAC pour le streaming audio.

L’absence d’aptX peut décevoir, mais AAC est répandu sur Android.

La connectivité a été d’une résolution impressionnante pour le Los Angeles.

Capteur de détection

Le capteur de détection qui permet de lancer/arrêter la lecture automatiquement est à nouveau présent. Il s’activera lorsque vous retirez ou enlevez le casque. Et il fonctionne tout aussi bien que sur le Miami.

 

Urbanista Los Angeles : Performances

En ce qui concerne le son, les haut-parleurs dynamiques de 40 mm de l’Urbanista Los Angeles offrent une scène sonore globalement satisfaisante. Ils vous offriront la plage auditive humaine standard de 20 Hz à 20 kHz, avec une majorité de détails autour des basses et hautes fréquences.

Comme sur le Miami, le Los Angeles dispose d’un son réglé par l’ancien ingénieur Sennheiser Axel Grell.

Ils ont depuis subi quelques ajustements très mineurs, mais rien ne modifie radicalement le son. La qualité audio entre le Los Angeles et le Miami est donc quasi similaire.

L’accent est toujours mis sur les fréquences basses, qui sont bien contrôlées et articulées. Mais elles peuvent être trop présentes dans les volumes élevées dans certains cas.

Cette configuration sonore conviendra à certains styles musicaux, mais certaines personnes pourraient trouver les basses trop envahissantes dans le paysage sonore.

Si seulement Urbanista avait intégré un égaliser…

ANC

Du côté de l’ANC, le Los Angeles n’atténue pas plus efficacement le son ambiant que le Miami, mais il fait toujours un bon travail pour bloquer les basses fréquences.

 

Urbanista Los Angeles : Application

L’application d’Urbanista est très basique. Elle vous montrera l’état de charge du casque, et vous pourrez basculer entre les différents modes ANC, ambiant et par défaut. Vous pourrez aussi personnaliser les commandes via des appuis courts et longs, et désactiver le capteur de détection.

urbanista-Los-Angeles-application

Il n’y a aucun préréglages d’égaliseur, et il n’y aura aucun moyen de modifier l’égaliseur.

Vous pourrez aussi vérifier la quantité de rayons solaires absorbés, et l’autonomie restante.

 

Urbanista Los Angeles : Autonomie

La meilleure caractéristique de l’Urbanista Los Angeles est sans doute le système Powerfoyle.

Le système affronte l’un des plus gros désagréments des casques sans fil : la recharge.

Énergie produite

La charge produite par les lumières artificielles à l’intérieur, ne sera évidemment pas suffisante pour une lecture continue. Vous pourrez vous en apercevoir en jetant un rapide coup d’œil sur l’application, qui vous révèlera une force de charge inférieure à 0,2 mA sous une lampe.

Près d’une fenêtre, cette charge peut atteindre environ 1 mA, en fonction de la quantité de lumière du soleil qui traverse la vitre.

Mais une fois que vous sortez dehors au soleil, la charge deviendra tout de suite beaucoup plus impressionnante.

Même dans une zone ombragée par temps nuageux, vous pourrez voir une charge jusqu’à environ 2,5 mA. L’alimentation de votre batterie se déchargera donc beaucoup plus lentement, que si vous étiez à l’intérieur.

En plein soleil, cette charge peut même atteindre 22 mA, ce qui compensera la consommation d’énergie. Vous pourriez même avoir une batterie survoltée, si vous marchiez dehors à la lumière directe.

80 heures d’autonomie

Mise à part la charge solaire, l’autonomie de la batterie de l’Urbanista Los Angeles est impressionnante. L’autonomie du casque s’élève à 80 heures de lecture disponibles.

L’autonomie impressionnante de la batterie, couplée à la technologie Powerfoyle, permet au casque de battre absolument tous les concurrents.

Fabriquer un casque qui peut être chargé à la lumière, sans avoir l’air de pouvoir se charger à la lumière, est le plus grand compliment que je puisse faire au Los Angeles.

Un des inconvénients que je constate néanmoins est l’absence d’un port 3,5 mm.

 

Urbanista Los Angeles : Verdict

Pour tous ceux qui aiment la liberté offerte par les appareils sans fil, mais qui en ont un peu marre de devoir les recharger, l’Urbanista Los Angeles est clairement une aubaine.

Pour son prix, les capacités de charge solaire ne sont pas bon marché, mais elles permettront à la batterie du casque de grandement prolonger l’autonomie, en se rechargeant tout seul.

Si vous utilisez principalement votre casque en intérieur, vous devrez évidemment utiliser le câble de charge de temps en temps. Bien que l’autonomie de la batterie estimée à 80 heures vous permettra de le faire beaucoup moins souvent, qu’avec un casque Bluetooth standard.

Ses capacités audio n’offriront pas le son que peut attendre un audiophile exigeant. Mais elles sont suffisamment équilibrées pour faire de ce casque un très bon achat.

L’Urbanista Los Angeles fait certes quelques faux pas. Ses commandes pourraient être plus intuitives et mieux positionnées, et son ajustement pourrait être plus confortable pour les têtes plus grosses.

Mais il réussit à être globalement un bon casque, même si sa qualité sonore ne rivalise pas avec des appareils plus chers, comme ceux de Sony et de Sennheiser.

Avantages Inconvénients
– Très beau design minimaliste
– L’ANC supprime efficacement les sons à basse fréquence
– Ajustement confortable
– Approche audio plus équilibrée que le Miami
– Autonomie inépuisable grâce à la recharge solaire
– Énorme batterie de 80 heures
– Pas d’aptX
– Aucun port 3,5 mm pour les connexions filaires
– Pas d’égaliseur disponible

Urbanista-Los-Angeles-Casque

Logo-les-meilleures-enceintes-avis